HommeVitruve   Closer

Vous le savez, j'aime bien les petites tranches de vie à la saveur simple...
Les paroles, les attitudes que l'on peut capter dans la rue, chez les autres, et je dois avouer que, pour ça, mon métier, c'est une vraie mine d'or.
N'empêche que le trésor du jour, c'est dans la salle d'attente de mon médecin que je l'ai déterré ce matin ;-) !
Une perlouse de chez perlouse.

J'arrive. Juste à l'heure.
Trois personnes attendent déjà : un monsieur qui tousse mais discrètement alors on lui pardonne et une mère et sa fille.
Barbie et Skipper...!
Comprendre par là, des clones...
La mère, trentaine, brune, un peu genre gravure de mode mais plutôt sobre. A sa façon de répondre à mon "Bonjour", à son regard évoquant celui d'une bonne vache paissant paisiblement sans penser à rien, on sent tout de suite qu'on n'est pas en face de Marie Curie !
La petite, je ne sais pas, quatre ou cinq ans. Rose des pieds à la tête... Leggings, chaussettes à fleurs, ballerines Hello Kitty, tout y est ! Blonde comme les blés, l'oeil vif et intelligent, une petite poupée, et avec un air bien sympathique par dessus le marché.
J'oublie une précision, et de taille... Toutes les deux, elles lisent...
La mère est plongée dans un vieux Closer tout corné de salle d'attente, visiblement plus que passionnée par les aventures extra-conjugales d'untel ou les problèmes de cellulite de telle autre...
La fille, dans un catalogue d'articles de cuisine haut-de-gamme, elle est scotchée devant une publicité présentant une femme dans la position de l'Homme de Vitruve de Léonard de Vinci.
Là dèjà, rien que pour ça, t'as envie de dégainer ton appareil photo... Mais bon, tu te tiens, t'es en public... Non mais !!!

Je m'installe, le sourire aux lèvres et, pour m'aider à détacher mon regard de cette scène "article-sur-mon-blogogène", me plonge dans un polar très sympa que je suis en train de dévorer dans le cadre de la sélection Printemps du Prix du Polar SNCF, le troisième sur les six que j'ai à terminer avant la fin Mai, ça avance... ;-) !
Mais bon, là, je m'égare...
Bref, je repars direction Perpignan, avec mes deux flics qui sont bien dans le genre "commissariat-buissonnier", l'étudiante hollandaise enlevée, le chauffeur de taxi disparu, quand, tout à coup, la gamine pose une question à sa mère...

"Dis, Maman, c'est marrant, la Dame, on dirait qu'elle a quatre jambes... C'est les siennes...???"

Et attention, là, on va atterrir sur une autre planète, une où le savoir, la culture, l'intelligence et la curiosité ne se trouvent visiblement pas où on est sensés les trouver habituellement...

"C'est les siennes, dis, Maman, les jambes...?
- 'Sais pas...
- Mais Maman, personne a quatre jambes, ça doit pas être les siennes...
- 'Sais pas, j'te dis...
- Mais si elle a quatre jambes... Combien elle a de fesses alors...???
- J'en sais rien...
- Mais ça peut pas être à elle, toutes ces jambes, tous ces bras... Il doit y avoir quelqu'un de caché derrière elle...
- J'en sais rien, j'te dis... Et puis arrête avec tes questions idiotes... T'énerves tout le monde..."

Et là, la petite se renfrogne sur son siège, replie son catalogue, se met à bouder et marmonne dans son pull, semblant s'adresser à ses pieds : "Si mes questions elles sont idiotes, alors le truc que tu lis toi, il est super idiot...!"...
Et toc !!!

Homme de Vitruve 1 - Closer 0... ;-) !

J'ai eu bien du mal à ne par hurler de rire quand j'ai entendu cette délicieuse répartie !

Et, pour la petite histoire, mon médecin me renvoie au casse-pipe travail demain, comptant sur la bonne volonté de mon employeur pour adapter mes conditions de travail à mon état de santé... Du genre station debout non prolongée, pas de port de charges lourdes, etc, etc... Mais ça, je les en ai déjà prévenus quand je les ai appelés la semaine dernière pour les informer de la durée de mon arrêt de travail.
J'appelle donc ma chef pour lui confirmer mon retour demain et, accessoirement, demander à quelle heure je dois être là.
Pas de chef, c'est assez énorme mais pas rare hélas, juste une copine qui m'annonce que demain, je commence à 9 heures... Vous savez, l'heure à laquelle il faut décharger des caisses de livres pesant plus de 30 kilos, qui sont montées en colonnes de plus de 2m50 de haut, le tout en un temps record afin que tout soit clean avant l'ouverture du magasin...
Ah... Et j'allais oublier... Le mardi, c'est la "meilleure" journée en la matière puisque des caisses, il peut y en avoir jusque 80 voire 100, alors que les autres jours, on tourne plutôt autour de 15 ou 20...
Elle est pas belle, la vie...???

*